ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Languedoc-Roussillon

Air

Contexte régional

La lutte contre la pollution de l’air est une priorité à l’échelle de la planète, notamment du fait de son impact sur la santé. L’ADEME contribue à l’élaboration des réglementations, à l’évolution du dispositif national de mesure et de surveillance de la qualité de l’air. Elle encourage la prévention et la réduction des émissions de polluants, des sources fixes et mobiles. Elle participe également aux travaux sur l’amélioration de la qualité de l’air intérieur.

Pollution atmosphérique

En matière de pollution atmosphérique, le travail de l’ADEME est centré sur 2 enjeux :

  • participer à la réduction des émissions à la source ;
  • contribuer à la surveillance de la qualité de l’air ambiant.

Les sources de pollution de l’air sont d’origines diverses :

  • le secteur des transports tout d’abord, où dans la ville, les véhicules motorisés constituent des sources de polluants au cœur même de nos lieux de vie ;
  • l’industrie et l’agriculture dont les consommations d’énergie et les procédés de fabrication sont à l’origine du rejet de gaz et de particules en tout genre ;
  • les bâtiments enfin, dont la conception déterminera fortement l’impact sur leurs consommations d’énergie et donc leurs rejets de polluants.

Depuis l’adoption de la Loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (LAURE) de décembre 1996, chaque français a le droit fondamental de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé, d’être informé de sa qualité et de ses effets.

La surveillance de la qualité de l’air ambiant est assurée en France par les Associations agréées pour la surveillance de la qualité de l’air (AASQA), chargées pour le compte de l’État et des pouvoirs publics, de la mise en œuvre des moyens de surveillance sur le territoire.

En Languedoc-Roussillon, la surveillance est assurée par l’association Air Languedoc-Roussillon.

Le réseau régional d’Air Languedoc-Roussilon est composé :

  • d’une vingtaine de stations fixes ;
  • de 3 stations mobiles ;
  • d’un modèle de prévision à 2 jours de la pollution à l’ozone, au dioxyde d’azote et par les particules.

Le brûlage à l’air libre, bien qu’interdit depuis la circulaire du 18 novembre 2011, pour des raisons de nuisances, de risque d’incendie, de pollution atmosphérique et de santé publique, perdure malheureusement. Les particuliers brûlent à l’air libre environ 1 million de tonnes de déchets verts chaque année en France.

Consulter le dépliant de sensibilisation réalisé en Rhône-Alpes (PDF - 1,1 Mo).

Qualité de l’air intérieur

En moyenne, nous passons 70 à 90 % de notre temps dans des espaces clos. Il est donc très important de veiller à la qualité de l’air intérieur.

Cet air peut être pollué par l’utilisation des appareils de chauffage et de cuisson, le tabagisme, les produits d’entretien, mais aussi les matériaux de construction, de décoration et d’ameublement…

L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur

Mis en place par les Pouvoirs publics en 2001, l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) remplit plusieurs missions :

  • dresser un état des lieux pour l’air intérieur en France. Grâce à ses travaux, on connaît mieux l’origine des polluants à l’intérieur, leur concentration, les spécificités de la pollution des locaux ;
  • améliorer les connaissances sur les polluants de l’air intérieur et leurs effets et aider à définir des valeurs-guides de qualité de l’air intérieur ;
  • renseigner les administrations pour faire évoluer les réglementations ;
  • informer le public et les professionnels pour prévenir et contrôler la pollution de l’air intérieur et promouvoir les bonnes pratiques.

L’ADEME est partenaire de l’Observatoire depuis sa création. Elle contribue à l’amélioration des connaissances et à la diffusion d’informations sur la qualité de l’air intérieur.

Dans le cadre de l’opération nationale lancée par l’Observatoire relative aux bâtiments performants en énergie, l’ADEME et la Région Languedoc-Roussillon ont retenu AIR Languedoc-Roussillon et CEREMA Méditerranée pour participer au développement d’outils méthodologiques et à l’élaboration d’une base de données nationale.

En Languedoc Roussillon, 9 logements ont été sélectionnés par l’ADEME :

  • 2 maisons individuelles neuves ;
  • 1 maison individuelle rénovée ;
  • 3 logements dans un ensemble collectif neuf ;
  • 3 logements dans un immeuble rénové.

Il résulte de l’analyse des premiers résultats, qu’en matière de polluants, hormis pour les Composés organiques volatils (COV) spécifiques de la famille des terpènes (alpha-pinène et limonène), les concentrations pour ces bâtiments sont très inférieures aux résultats de la campagne nationale logement de l’OQAI.

Prochainement des résultats complets de la campagne de mesures en cours pourront être présentés.

Comment améliorer la qualité de l’air intérieur ?

Non seulement en aérant et en ventilant correctement le bâtiment dans lequel nous évoluons toute la journée, mais également en choisissant judicieusement notre système de chauffage, notre mobilier, nos objets et éléments de décoration, ainsi que les produits d’entretien les moins émetteurs possible.

Une attention particulière doit être apportée à l’entretien et au bon fonctionnement des systèmes de ventilation, qui dans la majorité des cas sont défaillants.

En outre, depuis le 1er janvier 2012, les produits de construction et de décoration doivent afficher leur impact sur la qualité de l’air intérieur, via une étiquette spécifique.

L’ADEME publie de nombreux guides pour aider les particuliers et les professionnels à s’orienter dans leurs choix.

Télécharger le dépliant d’information sur la ventilation « Un air sain chez soi »

 


Liens utiles

Air Languedoc-Roussillon

Surveillance de la qualité de l’air en Languedoc-Roussillon.

Écol’air : les outils pour une bonne gestion de la qualité de l’air dans les écoles

Mallette (téléchargeable) visant à accompagner l’ensemble des acteurs dans la mise en œuvre de solutions (pratiques et appropriables) d’amélioration de la qualité de l’air intérieur et de limitation des risques sanitaires dans les établissements scolaires.